Pour cet épisode, nous recevons notre ami et partenaire Gautier Raguenes, aimant “fabriquer” des films, et étudiant la production cinématographique.
Dans cet entretien, ce cinéphile préférant souvent sa chambre aux salles obscures nous explique en quoi les films lui permettent de visiter les maisons d’autres cinéastes, que cela soit agréable ou non. Il nous raconte son goût tant pour les films-somme presque monstrueux (Magnolia ou Southland Tales) que pour des gestes de cinéma plus simples et intimes (Tant qu’il nous reste des fusils à pompe) et jette des ponts entre des oeuvres aussi différentes que Spider Man 1 et Beau Travail. Il n’oublie pas non plus de parler de ce qui le laisse froid (le cinéma d’Haneke) et de ce qui lui donne faim (Les Affranchis).

Questions et films cités :
1 - PORTRAIT : 04:29

  • Des mains de cinéma : Celle de Mary Jane (Kirsten Dunst) dans Spider Man 1 (Sam Raimi), 04:29
  • Des danses de cinéma : Denis Lavant dans Beau Travail (Claire Denis), Boogie Nights (Paul Thomas Anderson), 06:22

2 - CIRCONSTANCES, CONDITIONS DE VISIONNAGE… 08:40

  • Un film à (peut-être) oublier : Mulholland Drive (David Lynch), 08:54
  • Etre seul ou accompagné pour voir un film / Etre chez soi ou en salle ?, 11:26
  • Un film pour (bien) s’endormir : Magnolia (Paul Thomas Anderson), 16:28
  • Un film oublié, à l’exception d’un détail : Les amants du Pont-Neuf (Leos Carax), 18:41

CARTE BLANCHE : Les Affranchis, 20:02

3- Cinéma & Transmission, 23:14

  • Film détesté mais recommandé : Le ruban blanc (M. Haneke), 23:46
  • Un film impossible à partager : Southland Tales (R. Kelly), 27:41
  • Film-refuge : Tant qu’il nous reste des fusils à pompe (C. Poggi, J. Vinel), 31:11