Cinéphiles de notre temps tente, comme tout le monde, de s’adapter au deuxième confinement et de trouver quelques échappatoires durant ces longues semaines d’isolement.

Alors que le contexte est pour le moins troublé (de la fermeture des cinémas à une potentielle entrave à la liberté d’informer, en passant par le succès d’un certain film complotiste), nous avons mis en place un « standard imaginaire des cinéphiles en confinement » sur lequel nos invités nous ont laissé un message pour évoquer leur vie de spectateur.ice confiné.e, leurs découvertes récentes et leurs refuges.

Pour cette troisième pastille, c’est Paul Robein, auteur des blogs « Le cinéphile anonyme » et le « Hollywood Rapporteur » qui nous raconte son rapport aux écrans en temps de confinement, et nous parle des films « qui le raccrochent au réel », qui lui rappelle à un aspect essentiel de la vie : la famille.

Films évoqués :

  • Ce qui nous lie, C. Klapisch, 2017
  • Captain Fantastic, Matt Ross, 2016
  • My beautiful boy, Felix Van Groeningen, 2018
  • Série : Euphoria, Sam Levinson, 2019