Pour cet épisode, nous recevons Agnès Patron, cinéaste d’animation dont le dernier court métrage L’heure de l’ours a été sélectionné au festival de Cannes en 2019, avant de faire le tour des festivals français et mondiaux.
Dans cet entretien, cette artiste habitée évoque la représentation de l’enfance au cinéma - un sujet qui la travaille et qu’elle travaille - et quelques madeleines de Proust liées à ses jeunes années (Jurassic Park, Maman j’ai raté l’avion…).
Elle évoque également les histoires qui l’inspirent (Sur la trace de Nives d’Erri de Lucca), et en profite pour rappeler la vivacité du cinéma d’animation aujourd’hui, sa diversité, et sa capacité à raconter sans mot prononcé.
Par ailleurs, comme c’est désormais de coutume dans cette émission, notre invitée parle de son attachement à la salle, de ses découvertes sur petit écran (Mon oncle d’Amérique d’Alain Resnais), de sa mémoire cinéphile, et des films qui se mélangent à ses rêves (ceux du réalisateur hongrois Béla Tarr notamment).

I. PORTRAIT - 3'33

  • Un instrument de musique au cinéma : le piano de La leçon de piano (Jane Campion, 1993) - 3'33
  • Un enfant de cinéma : Kevin McAlister de Maman j’ai raté l’avion (Chris Columbus, 1990) - 7'33
  • Un vent/une tempête au cinéma : ceux des films d'Igor Kovalyov - 12'34

II. CIRCONSTANCES ET CONDITIONS DE VISIONNAGE - 17'57

  • Un film vu dans de mauvaises conditions mais adoré : Mon oncle d’Amérique (Alain Resnais, 1980) - 17’57
  • Cinéma en salle et pellicule - 23’55

III. MEMOIRE & SOMMEIL - 30'12

  • Un film ressemblant à un rêve : Les harmonies Werckmeister (Béla Tarr, 2000) + La mémoire cinéphiles d’Agnès - 30’12

CARTE BLANCHE - 34'02

  • Jurassic Park (S. Spielberg, 1993)

IV. CINEMA & TRANSMISSION - 39'03

  • Inspirations littéraires : Sur la trace de Nives (Erri de Lucca), Océan mer (Alessandro Barrico) ect… - 41’24
  • De l'importance du court métrage et notamment : Ce magnifique gâteau (Emma de Swaef, Marc James Roels, 2018)- 48’39

REFUGE - 56'10
Le Seigneur des Anneaux (Peter Jackson) et Bright Star (Jane Campion, 2009)