Pour cet épisode, nous recevons Victor Bournerias, programmateur adjoint au cinéma Le Grand Action (Paris) et co-fondateur du festival consacré aux teens movies "Smells like teen spirit".
Dans cet entretien, ce cinéphile loquace et éclectique évoque le "mythe de l'adolescence" - aussi bien la sienne que celle fantasmée par le cinéma - mais aussi la douceur terrible des fantômes japonais chez Kiyoshi Kurosawa ou encore la relation presque mythique de Werner Herzog avec son acteur fétiche, Klaus Kinsky.
Concerné, il nous parle de l'importance du programmateur en tant que garant de vie (ou de mort) sur certains films : choisir la VOD ou la salle, Netflix ou le cinéma, telle est la question - et ce, à travers l'une de ses expériences de programmation les plus marquantes, celle de "Certaines femmes", film de Kelly Reichard, resté à l'affiche pendant 1 an !
Enfin - et surtout, Victor prend le temps d'évoquer son amour pour le nécessaire et pourtant trop peu connu Luc Moullet, cinéaste burlesque et protéiforme de génie, et son autofiction cinématographique "Ma première brasse".

1 - PORTRAIT : 8:09
Un lycée de cinéma : celui de Twin Peaks (D. Lynch, 1990)- 8:13
Une paire de lunettes : celle de They Live** (J. Carpenter, 1988)- 11:39
Une chanson de cinéma : Revivre de Gérard Manset, dans Holy Motors (Leos Carax, 2012)- 13:44

2 CIRCONSTANCES ET CONDITIONS DE VISIONNAGE : 16:53
L'importance des lieux où voir les films - 16:53
Un film difficile à programmer en pellicule : New Rose Hotel** (A. Ferrara,1998) et Saint-Cyr** (P. Mazuy, 2000)- 19:08
Un film qu'il faudrait voir uniquement en pellicule : Liberté la nuit** (P. Garrel, 1983) - 26:46

3 - MEMOIRE & SOMMEIL : 30:20
Souvenirs de la cinéphilie adolescente : Elephant** (Gus Van Sant, 2003) et Mysterious Skin** (G. Araki, 2004)
Un bon souvenir ensommeillé en festival : Paranoid Park (Gus Van Sant, 2007)

CARTE BLANCHE - 41:15
Kairo** (K. Kurosawa, 2000)

4 - CINEMA & TRANSMISSION - 53:24
Un film qu'on ne veut pas voir tant on en a entendu parler : Gravity** (A. Cuaron, 2013)- 53:24
Un film impossible à programmer seul : Ennemis intimes/Fitzcarraldo** (Werner Herzog)- 56:05
La meilleure expérience de programmation : Certaines Femmes (K. Reichardt, 2016)- 01:01:00

FILM-REFUGE : Ma première brasse (Luc Moullet, 1981) - 01:07:00