Cinéphiles de notre temps

Cinéphiles de notre temps

La cinéphilie c'est fini ? Portraits de cinéphiles en tous genres à l'ère numérique.

Phane Montet et Clément Coucoureux

La cinéphilie c’est fini ? Phane Montet et Clément Coucoureux proposent des portraits de cinéastes, critiques, techniciens, programmateurs, exploitants…par le biais des films qu’ils aiment (ou non). Ensemble, ils discutent aussi de ce qui les obsède au cinéma, de la meilleure façon de transmettre des films, ou de la diversité des conditions de visionnage à l’ère numérique. Pour s’interroger sur ce terme imposant qu’est la “cinéphilie”, mais surtout, pour donner envie de voir des films !

Soutenir ce podcast Soutenir ce podcast
En cours de lecture

Cinéphiles de notre temps 5 - Phantom Thread avec Charles ("7 minutes de réflexion")

Pour cet épisode, nous recevons Charles Bosson, critique-créateur de la série d'essais-vidéo sur le cinéma "7 minutes de réflexion", mais également musicien et cinéaste.
Dans cet entretien, ce cinéphile insatiable et éclectique - passant autant de temps en salle que derrière des écrans plus petits - évoque notamment le fonctionnement de sa mémoire cinéphile, sa capacité à faire des liens entre les films, entre associations instinctives et études rigoureuses.
Vidéaste patient et spectateur curieux, il nous raconte, entre autres, pourquoi les films de Lubitsch sont rassurants avant d'aller dormir, et ne manque pas de décrire de façon sensible une séquence de "Boy meets girl" (L. Carax).

1 - PORTRAIT : 3:33
Un regard de cinéma : Scarlett Johansson dans "Under the skin" (J. Glazer, 2013), 3:33
Un miroir : celui d'Alain Delon dans "Le Samouraï" (JP Melville, 1967), 6:33
Un combat : les luttes syndicales dans "Matewan" (J Sayles, 1987), 9:03

2 - CIRCONSTANCES ET CONDITIONS DE VISIONNAGE : 13:10
Un film regretté en salle : "Jessica Forever" (C. Poggi, J. Vinel, 2019), 13:10
L'intérêt des oeuvres au long cours : la cohabitation sur le long terme avec les personnages (dans divers films et séries) : 21:45

3 - MEMOIRE ET SOMMEIL : 25:25
Un film avant de dormir : la filmographie de Ernst Lubitsch, 25:25
Le fonctionnement de la mémoire cinéphile : Associations instinctives et comparaisons, 29:26

CARTE BLANCHE : "Boy meets girl" (L. Carax, 1984) et "La maman et la putain" (J. Eustache, 1973)

4 - CINEMA ET TRANSMISSION
Un film détesté mais recommandé : peut-être "La forêt d'Emeraude" (J. Boorman, 1985), 38:26
Un film impossible à partager ? Non ! 45:25

Film REFUGE : "Le nouveau film ou la nouvelle série dont j'ai entendu parler ce matin", 48:25

En cours de lecture

Cinéphiles de notre temps 4 - Petite escapade avec Elodie

Pour cet épisode, nous recevons Elodie Imbeau, responsable de la programmation Jeune public de la Cinémathèque Française.
Dans cet entretien, cette cinéphile pour qui la salle est un véritable refuge évoque son travail de programmatrice, de l'influence de la météo à la notion discutable de "film pour enfants", en passant par la meilleure façon de parler des films que l'on souhaite montrer.
Passeuse passionnée et spectatrice enthousiaste, elle raconte également son attachement à la pellicule mais également la façon dont le cinéma s'invite dans ses rêves ou dans ses cauchemars...

1 - PORTRAIT : 1:42
Une nuque de cinéma : "Histoire de Marie et Julien" (Jacques Rivette, 2003), 1:42
Des portes et fenêtres de cinéma : "La prisonnière du désert" (John Ford, 1956) et "Persona" (Ingmar Bergman, 1966), 4:51
Plantes et fleurs : les "Bouquets" de Rose Lowder; une performance de Laure Saint Rose et Chris Auger; "Le Sacrifice" (A. Tarkovski, 1986); "Mon voisin Totoro" (H. Miyazaki, 1988); le travail de Vincent Deville, 8:47

2 - CIRCONSTANCES ET CONDITIONS DE VISIONNAGE : 17:07
De l'importance de la météo dans la programmation de films : 17:07
Des films aimés, mais revus dans de mauvaises conditions de projection : 20:10
Un film redécouvert à la faveur d'une nouvelle restauration ; "Zéro de conduite" (Jean Vigo, 1933)

3 - MEMOIRE ET SOMMEIL : 25:01
Un film qu'on ne souhaite ni revoir, ni oublier : "Ne vous retournez pas" (N. Roeg, 1973), 25:01
Un film parfois continué en rêve : "Twin Peaks, the return" (David Lynch, 2017), 29'16
Le rêve/cauchemar d'Elodie : 32'35

CARTE BLANCHE : "Le tombeau des lucioles" (I. Takahata, 1988)

4 - CINEMA ET TRANSMISSION : 39:50
Des films programmés mais pas aimés : "Le petit Nicolas" (L. Tirard, 2009)
Le film programmé préféré : "Dersou Ouzala" (A. Kurosawa, 1975), 45:24
De l'intérêt des courts métrages pour les enfants : "Petite escapade" (P-L Granjon, 2001), 47:00
Des films à garder pour soi ?, 50:43

Film-Refuge : La salle de cinéma, 56:44

En cours de lecture

Pastille 3 - Jim Henson's Creature Shop Challenge / Freddy

Plus courtes et plus intenses, les pastilles de Cinéphiles de note temps proposent de brefs portraits de cinéphiles à travers la description d'une séquence d'un film qui les a marqué.
Dans cette pastille, Alt236 évoque l'émission "Jim Henson's creature shop challenge" consacrée à la fabrication d'effets spéciaux et raconte son cauchemar avec Freddy Krueger.

En cours de lecture

Cinéphiles de notre temps 3 - Ténèbres avec Quentin (Alt236)

Pour cet épisode, nous recevons le vidéaste Alt236, connu en général pour son goût pour l’étrange qu’il explore notamment dans sa série « Stendhal Syndrome », à travers des artistes comme HR Giger, et des thématiques comme le « body horror ».
Dans cet entretien, ce cinéphile nocturne ne dormant pas plus de 5 heures par nuit défend l’horreur comme genre noble et entend prouver que les ténèbres cinématographiques ne sont pas forcément insoutenables, pourvu que l’on soit bien accompagné.
Cinéphile de la fascination, il se fait l’apôtre des oeuvres d’Alejandro Jodorowsky ou de David Lynch qui ne sont pas, pour lui, des oeuvres intimidantes devant lesquelles on se sent bête, mais autant de monde accueillants.

1 - PORTRAIT : 5:27
Une dentition de cinéma : celle de Tyler Durden dans “Fight Club” (David Fincher, 1999), 5:31
Une musique : “The last waltz” dans “Old Boy” (Park Chan Wook, 2003), 8:02

2- CIRCONSTANCES ET CONDITIONS DE VISIONNAGE
Une séance mémorable, en salle : “Sixième sens” (M Night Shyamalan, 1999) et “Enter The Void” (Gaspar Noé, 2009), 12:56
Un film à voir par temps humide : “Mad Max Fury Road” (G. Miller, 2015), 17:51

3 - RÊVES, SOMMEIL ET SOUVENIRS, 21:48
Des films qui ne devraient être vus qu’en pleine nuit : “La nuit des morts vivants” (G. A. Romero, 1968) et “L’exorciste” (W. Friedkin, 1976), 21:55
Des films en cas d’insomnie : des blockbusters ni bon, ni mauvais, 26:41
Un film oublié, à l’exception d’un détail : “Dark Crystal”(Jim Henson, Frank Oz) , 28:38

CARTE BLANCHE : “Society” (Brian Yuzna, 1989) et “Les Garçons Sauvages” (B. Mandico, 2017), 32:07

4 - CINEMA & TRANSMISSION, 39:14
Films détestés mais recommandés : “Martyrs” (P. Laugier, 2008) et “Schizophrenia” (G. Kargl, 1983), 39:37
Le film le plus difficile à transmettre dans ton travail : “La montagne sacrée” (A. Jodorowsky, 1973), 45:14

Film-Refuge : “Hellraiser 2 : les écorchés” (T. Randel, 1988), 50:00